Valentine Goby -De Murène à L’anguille : le handicap, de l’autre côté de l’aquarium.

Valentine Goby, L’anguille, Editions Thierry Magnier, 2020- Pépite d’Or de la sélection « Fiction Junior » du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil.
Valentine Goby-Murène
Valentine Goby, Murène, Editions Acte Sud, 2019

Je n’aurais jamais lu le roman de jeunesse L’Anguille si Marianne ne me l’avait mis entre les mains ; à l’instar de la majorité de nos petits lecteurs, ce n’est pas ce livre- là que j’aurais choisi, à première vue, pour être  sélectionné « Pépite Jeunesse » du Salon du Livre cette année.

Franchement, raconter l’histoire d’une petite fille née sans bras, quoi de plus fureteur ?

Je ne connaissais pas Valentine Goby, je ne savais pas quelle grande autrice c’était. Alors j’ai immédiatement rejeté ce roman dans une catégorie vague, peuplée de jugements hâtifs et de préjugés : « baraque de fête foraine », « exhibition », « bons sentiments et pédagogie de la tolérance ». Sans compter mon manque d’intérêt pour le monde piscicole. Bref, certainement super bien, pour les enfants. Mais moi, j’avais d’autres chats à fouetter.

Premier retournement

L’Anguille, de Valentine Goby

Deuxième retournement

Murène, de Valentine Goby

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s