Valentine Goby -De Murène à L’anguille : le handicap, de l’autre côté de l’aquarium.

Valentine Goby, L’anguille, Editions Thierry Magnier, 2020- Pépite d’Or de la sélection « Fiction Junior » du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil.
Valentine Goby-Murène
Valentine Goby, Murène, Editions Acte Sud, 2019

Je n’aurais jamais lu le roman de jeunesse L’Anguille si Marianne ne me l’avait mis entre les mains ; à l’instar de la majorité de nos petits lecteurs, ce n’est pas ce livre- là que j’aurais choisi, à première vue, pour être  sélectionné « Pépite Jeunesse » du Salon du Livre cette année.

Franchement, raconter l’histoire d’une petite fille née sans bras, quoi de plus fureteur ?

Je ne connaissais pas Valentine Goby, je ne savais pas quelle grande autrice c’était. Alors j’ai immédiatement rejeté ce roman dans une catégorie vague, peuplée de jugements hâtifs et de préjugés : « baraque de fête foraine », « exhibition », « bons sentiments et pédagogie de la tolérance ». Sans compter mon manque d’intérêt pour le monde piscicole. Bref, certainement super bien, pour les enfants. Mais moi, j’avais d’autres chats à fouetter.

Premier retournement

L’Anguille, de Valentine Goby

Deuxième retournement

Murène, de Valentine Goby

Pour en savoir plus

Crépue, entre racisme larvé et acceptation de soi


Aline a créé le salon " Nappy  Hair" ( contraction de Natural et Happy) en banlieue parisienne. Un récit à écouter dans lequel on a encore le cuir chevelu qui gratte de se libérer ! https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/crepue.  Les Pieds sur Terre, par Sonia Kronlu

Chimamanda Ngozi Adichie


Autrice nigérianne de renom, née le 15 septembre 1977, elle est connue également comme une militante féministe et une femme politique. Originaire d’Abba au sud-est du Nigéria. Elle vit entre Lagos et Washington.

Elle a acquis le statut d’icône depuis que Beyoncé a repris ses mots dans une chanson, se qualifiant de « féministe africaine heureuse ».

Le féminisme, c’est permettre à chacun de vivre comme un individu à part entière. C’est élever les petits garçons pour qu’ils deviennent des être humains, pas des « vrais hommes ».

Dans son dernier livre traduit dans le monde entier Chère Ijeawele, ou un manifeste pour une éducation féministe, elle réaffirme le plaidoyer pour un monde égalitaire qu’elle avait défendu dans une conférence TED retentissante en 2012 :

Il ne faut pas supposer que les hommes et la masculinité sont plus importants. Si on vit dans un monde où les genres sont à égalité, les hommes seront mieux. Ils sont aussi prisonniers, ils sont aussi entravés.